Leclerc : les centres E.Leclerc

Edouard Leclerc, fondateur de l’enseigne E. Leclerc, a su développer, depuis l’ouverture de sa première épicerie, à Landerneau en 1949, son activité de manière exceptionnelle, créant rapidement toute une chaîne de supermarchés. En 1959, l’enseigne inaugurait déjà son 60e magasin et s’était déjà diversifiée dans le domaine de la mode avec sa boutique Leclerc Vêtements, créée en 1956. Dès 1964, fort de son succès, le premier magasin de Landerneau doit s’agrandir pour devenir le premier hypermarché de la marque. En 1979, Edouard Leclerc ose encore innover et décide de vendre du carburant sur le parking de ses supermarchés et hypermarchés, il crée alors la société SIPLEC, même si ce concept n’est pas accueilli, à l’époque, avec beaucoup d’enthousiasme, les tarifs très concurrentiels qu’il affiche lui assure son succès.

En 1986, l’enseigne diversifie encore son offre et l’étend au domaine de la bijouterie, en créant l’enseigne « Le Manège à Bijoux », à celui du tourisme, sous la marque E. Leclerc Voyages, en 1987, à celui des produits de parapharmacie, distribués dans les magasins de l’enseigne, depuis 1988, à celui de la mode, en lançant la marque Tissaïa, gamme de vêtements premier prix signée E. Leclerc, en 1991, ainsi qu’à celui de la parfumerie, en 1998, grâce aux boutiques Une heure pour soi. Les années 1990 voient également naître le développement de l’enseigne à l’étranger, notamment, en Espagne en 1992, puis d’autres pays suivront tels que le Portugal, l’Italie, la Pologne ou encore la Slovénie. En 1995, l’enseigne tente à nouveau un pari osé consistant à supprimer, dans un but environnemental, la distribution de sacs plastique lors du passage en caisse. Il s’agit une fois encore d’une véritable réussite puisque, aujourd’hui, la plupart des concurrents ont également opté pour cette solution.

Le groupe Leclerc est, aujourd’hui, régulièrement cité parmi les cinq entreprises préférées des français. Créateur du concept appelé « grande distribution », visant à vendre des produits de consommation courante à prix de gros, en réduisant le nombre d’intermédiaires, Edouard Leclerc s’est toujours érigé, grâce à une stratégie de communication efficace, en défenseur du pouvoir d’achat des consommateurs. Il a ainsi créé, en 1997, la marque repère, produits de l’enseigne visant à offrir le meilleur rapport qualité/prix possible. Pour démontrer sa compétitivité, la marque n’a jamais hésité à mesurer ses propres tarifs à ceux pratiqués par ses concurrents et c’est ainsi que Michel-Edouard Leclerc, le fils du créateur de l’enseigne, aujourd’hui à la tête du groupe, a décidé, en pleine période de crise économique, de jouer la carte de la transparence en lançant le site, quiestlemoinscher.com, permettant ainsi, aux consommateurs, de comparer le prix de plus de 2 000 produits dans chacune des plus grandes enseignes nationales. En accord avec son temps, le nouveau président du groupe communique également, avec les internautes, au travers d’un blog, de quoi je me m.e.l., lui permettant de présenter, à la fois, son parcours et ses objectifs.

La présence du groupe sur Internet ne s’arrête pas là, Expressdrive.fr, le cybermarché de l’enseigne a, en effet, été créé en 2007. Cette plate-forme permet au client de passer sa commande en ligne et de retirer l’ensemble de ses articles, deux heures plus tard, auprès de l’entrepôt concerné. L’acheteur peut également effectuer la sélection de ses produits au moyen des bornes tactiles mises à sa disposition sur les parkings de ces mêmes dépôts, sa commande est alors préparée en cinq minutes. Même si l’enseigne ne faisait pas partie des premières à s’être lancer dans l’aventure des courses en ligne, elle a su rattraper son retard, comptant aujourd’hui près de quarante points de vente répartis sur l’ensemble du territoire français. Cette activité étant encore en pleine expansion au sein du groupe Leclerc, il ne fait aucun doute que l’enseigne saura également se montrer compétitive, en proposant une solution adaptée aux besoins de ses consommateurs, dans le domaine de la livraison à domicile, secteur que la marque n’a pas encore abordé et qui laisse envisager des perspectives intéressantes, si l’on considère que le groupe a toujours su rendre ses offres attractives.