Le drive-in

Apparu aux Etats-Unis, en 1933, le concept du drive-in ne concerne alors que le cinéma, ce système permettant au client de visionner un film depuis son véhicule. Dès les années 1940, ce principe s’applique également à la restauration, et plus particulièrement aux Fast Food, le client pouvant passer sa commande depuis son véhicule et l’emporter directement. En France, son adaptation est plus difficile ; son développement réel ne débute qu’en 2007 et reste essentiellement lié au domaine de la grande distribution.

Le système du drive-in, dans la grande distribution, se décompose en plusieurs étapes distinctes. Tout d’abord, le client passe sa commande sur une plate-forme Internet spécialement prévue à cet effet, le règlement s’effectue alors, selon le moyen de paiement choisi, soit en ligne suite à la validation du panier, soit au drive-in lors du retrait des achats. Une fois la commande enregistrée, celle-ci est aussitôt préparée par un opérateur présent dans le magasin où le consommateur prévoit de venir retirer son colis. Le client n’a alors plus qu’à se présenter au drive-in, à l’heure qu’il a lui-même choisie, où un agent, après avoir vérifié son identité et, le cas échéant, l’avoir fait procéder au règlement de ses achats, se charge de déposer l’ensemble des articles dans son véhicule.

Ce système, bien que récent, si on le compare aux modes de distribution plus traditionnels, connaît très vite un grand succès et le nombre de clients y faisant appel subit une forte croissance ; ainsi, le service Express Drive, de Meaux, mis en place par l’enseigne E. Leclerc a reçu, en 2009, une moyenne de 200 commandes par jour. Cet intérêt exceptionnel pour ce type d’achats peut s’expliquer par les nombreux avantages qu’offrent cette formule ; ce système permet, en effet, au consommateur de gagner du temps, celui-ci n’étant plus obligé de se rendre à l’intérieur du magasin pour procéder à la collecte, en rayons, des produits qu’il souhaite acheter, puisqu’il effectue tranquillement sa sélection depuis son domicile sans avoir ensuite à attendre à la caisse pour pouvoir régler ses achats. Grâce à cette nouvelle formule, le consommateur bénéficie également des mêmes tarifs que ceux pratiqués en magasin, les produits vendus en ligne provenant du même stock que ceux mis en rayons. Les achats en ligne offrent, en plus, la possibilité de visualiser, en permanence, le contenu de son panier et, par conséquent le montant total de ses dépenses, permettant ainsi une meilleure gestion de son budget. Il semblerait également que ce type de plate-forme limite le phénomène d’achat impulsif, permettant ainsi au client de réaliser de véritables économies.

Face à l’ensemble de ces avantages, le consommateur peut facilement se laisser tenter par cette nouvelle façon de faire ses courses en ligne. Il faut toutefois noter que, même si le système du drive-in tend à se développer, l’offre reste relativement limitée dans certaines régions, la majorité des magasins ne proposant pas encore ce service.